27 janvier 2006

Abberation totale

Une situation quand même anodine, mais qui me mets hors de moi.

En début de semaine je reçois ma facture d'Hydro-Québec, que je m'apprête à payer, car j'ai parfois tendance à l'oublier. J'en profite en même temps pour ajouter ma facture d'Hydro à mon service postel pour éviter de recevoir cette dite facture par la poste. Dans le but d'économiser un peu de papier.

Mercredi, je reçois une lettre de cette même société d'État m'avertissant que suite à mon déménagement - qui a eu lieu en août - je me voyais accorder un nouveau numéro de compte et que je devais donc avertir mon établissement bancaire de ce changement. Cette lettre est datée du 20 janvier, alors que ma facture est datée du 18. J'envoie donc un courriel au service à la clientèle pour les aviser que j'ai en effet payer mon compte, mais à l'ancien numéro, s'ils pouvaient s'assurer que le paiement s'est bien rendu.

Aujourd'hui, vendredi, je reçois une réponse à mon courriel qui me dit que le paiement a bel et bien été facturé à mon nouveau numéro de compte. Je reçois aussi une lettre me disant qu'en date du 24 janvier, mardi, j'ai payé mon compte à mon ancien numéro, alors qu'on m'avait averti du changement de ce numéro. Je reçois aussi une autre lettre, toujours du même service à la clientèle, qui me dit que mon incsription au service postel d'Hydro-Québec a été enregistré et que je ne recevrais plus de factures par la poste, alors que j'avais reçu une confirmation par courriel.

Je me dis donc que nos sociétés d'États n'ont pas vraiment la conscience écologique et qu'elles ne se préoccupent pas vraiment de développement durable. J'ai maintenant peur de retourner une bouteille de vin bouchonné ou encore de faire une demande à la SAAQ, car je ne veux pas signer un même document en 20 exemplaires, ou encore recevoir des quantités et des quantités de lettres inutiles qui pourraient m'être acheminées par courriel - surtout lorsque je fais la demande de recevoir des courriels.

Aucun commentaire: